La Loue chez Sanso.

La Loue, une rivière soit disant merveilleuse sur laquelle je n'avais jamais accroché. Sa réputation de rivière à Parigaux fortunés avait toujours servi de repoussoir pour moi. Mais cette année, lorsque Stef@ m'a proposé d'y monter pendant deux jours, j'ai laissé de coté mes préjugés pour aller voir.

La loue

 


Il faut dire que mon premier essai n'avait pas été très concluant. Il y a une dizaine d'année alors que comme tout bon fonctionnaire en début de carrière je gouttais de la banlieue parisienne, j'avais été invité à pêcher sur Chenecey. Un coup du soir où j'ai pris à un quart d'heure d'intervalle la même arc sur mouche de mai (j'ai cassé au ferrage la première fois et j'ai récupéré ma mouche la deuxième) suivi d'un orage violent qui a fait monté la rivière d'un mètre…

La loue

Mais ce premier contact m'avais conforté dans mon idée que je n'aimais pas ce type de rivière pour diverses raisons :

– les réglementations discriminantes pour les pêcheurs à la mouche qui vont de l'interdiction de pêcher à la mouche avant l'ouverture de l'ombre, à l'interdiction de pratiquer la nymphe, l'émergente, avec des wadders voire des lunettes polarisantes. Pour moi qui ne pêche qu'à la mouche et qui suis un partisan du fly.only nolimit c'est intolérable. Je vis ça comme une sorte d'aparteid. Et je ne pouvais pas cautionner ce système en le finançant.

– la complexité de la réglementation et le coût élevé de la pêche. En gros, pas de réciprocité, il faut pêcher avec un plan cadastral dans la tête (ou dans la poche), tenir un carnet de prises, tout y noter, pas dépasser la limite de telle propriété ou le milieu de la rivière… Bref, de quoi vous faire passer l'envie de pêcher. Sans parler du prix des cartes ou de l'impossibilité de pêcher certaines portions strictement privées ou réservées aux locaux. Un énorme choc culturel avec ce dans quoi nous baignons dans le sud de la France en réciprocité quasitotale.

– la sur-représentation de ces rivières de l'est de la France dans les revues. On ne voit qu'elles partout alors qu'on ne peut pas y pêcher.

La loue

Donc, jusqu'à ce voyage, plus ou moins conciemment, je boycottais ces rivières de l'Est de la France pour ne pas cautionner ce système.

La loue

Mais comme en ce moment, les pyrénées sont en pleine fonte et que l'envie d'évasion était trop forte, nous avons sauté dans la voiture à 3 heures du mat pour ne pas rater le coup du matin et l'émergence des brachys. 5 heures de route plus tard, nous voici en approche de Besançon. La région sous ce soleil printanier est magnifique. Cela me rapelle mes causses du périgord.

Puis nous arrivons chez Sanso. Le parcours est sompteux. On discute rapidement avec Louis-Jean qui s'en va sur la HRA et qui nous donne quelques conseils en fonction de ce qu'ils ont vu la veille.

La loue

Après avoir demandé l'autorisation de pêcher et de camper au propriétaire des lieux, nous filons installer les tentes.

C'est hallucinant comme l'eau est claire. On voit les dizaines de poissons comme dans un aquarium. Si on prend les lunettes polarisantes, on dirait qu'il n'y a pas d'eau. Pour quelqu'un qui est habitué à chercher les poissons dans des eaux plus sombres, c'est presque trop simple de les répérer.

La loue

N'étant pas habitué à ce type de pêche et sachant que j'ai très peu de chance de réussir sur mon premier voyage, je laisse le soin à Steph qui vient tous les ans de me montrer comment on s'y prend. Ben comme on peut. Le plus souvent à l'arbalette de par derrière sans se faire voir. Mais c'est beaucoup plus simple à dire qu'à faire.

La loue

Le problème c'est que quand on voit la truite, elle aussi nous voit. Une fois sur deux, elle part avant que le pêcheur n'a pu faire quoi que ce soit. Et si elle reste, elle part au lancer ou plus surement au posé de la nymphe. Ca fait pas un pli à chaque fois, c'est le même cinéma.

L'espoir renait toutefois lorsque j'en tape une en nymphe un peu au hasard il faut dire. Elle est petite mais je n'attrape pas de méditéranéenne tous les jours.

La loue

Pendant ce temps Stef arpente inlassablement les berges en essayant de surprendre un poisson actif et moins craintif et cela fini par payer.

La loue

Il ferre coup du coup deux poissons avec des robes typiques des rivières du coin. Chapeau l'artiste. J'ai beau essayer sa méthode, je n'arrive qu'à faire fuire les truites. En fait, je crois bien qu'il m'a laissé attaquer toutes les truites folles du parcours. Des poissons tellement pêchés qu'ils ont perdu la tête et n'ont plus une réaction normale. Par contre, il sélectionne les poissons mordeurs et arrive à les prendre.

La loue

En gros, il va me mettre cul rouge. C'est en quelque sorte normal, je débute sur cette rivière, je n'ai pas les mouches ni la technique. En revanche, on va prendre une grosse claque par un gamin de 12 ans qui à 13 heures en plein cagnard va secouer une truite énorme avec une cuillère vaironnée. Comme la publication de photos de poissons morts est interdite sur nos blogs, vous ne la verrez pas. Mais c'était un superbe poisson estimé à 55 cm. Paix à son âme.

La loue

En revanche, les ombres sont très actifs pour le plus grand bonheur de la foule de pêcheurs qui sont sur le parcours. Il y a des suisses, des italiens, des français. Tout ce beau monde pêche sur les frayères sans trop de scrupules.

La loue

Et à voire la densité ahurissante d'ombre, cela ne semble pas nuire à la population. Cela me confirme que ce n'est pas la pêche qui nuit aux poissons mais bien le prélèvement. J'avais déjà vu ça sur la Green aux US, en France c'est pareil. Lorsqu'on remet le poisson à l'eau, il y en a plus que lorsqu'on le mange.

Et il est vrai que lorsqu'on pêche en aveugle, sans voir le poisson, cela se traduit bien souvent par la prise d'un ombre. Sympa la nouvelle casquette Gobages.com non?

 

La loue

Pendant ce temps Stef, déploie son savoir faire pour capturer un très beau poisson qui nymphe / gobe derrière son rocher. Voilà une heure qu'il joue avec le vent, les lancers à l'arbalette avec le scion sur la queue du poisson, les refus et les mouches dans les branches…

La loue

Mais son savoir faire est à la mesure de sa patience. Il refera même son bas de ligne car le précédent ne lui permettait pas de faire le lancer adéquat. Sur ce genre de poisson, chaque détail compte.

Et dans un cri de délivrance, il sortira "sa" truite au combien méritée du tas de branches dans laquelle elle avait élu domicile.

La loue

Un sacré coup de ligne.

La loue

Le coup du soir du dernier jour sera particulièrement difficile. Nous avons réussi à trouver des truites en activité. Mais elles étaient quasiment infaisables. Sur des lisses de la mort qui tue, un gobages tous les 36 du mois toujours un mètre trop loin pour les atteindre… Par contre, des poissons monumentaux.

Ce sera pour une prochaine fois. Car prochaine fois il y aura. J'ai enfin trouvé un parcours où on peut pêcher comme dans le sud. Le parcours est suffisament long pour ne pas avoir à se soucier des limites, la nymphe est autorisée, la mouche est possible avant l'ouverture de l'ombre et la rivière est superbe. Depuis mon retour, j'en rêve la nuit.

La loue

Allez, un bon cassoulet avant de partir car la route du retour sera longue.

La loue

Dernière chose, j'ai pu dans ces conditions très difficiles où on a souvent qu'un lancer par truite apprécier la qualité de la Z- axis. Elle délivre des lancers d'une douceur et surtout d'une précision incroyable. L'idéal pour ce type de rivière. Elle est en passe de détroner ma vieille canne.

La loue

Merci Stef de m'avoir fait découvrir ce super parcours. On y reviendra. Promis. Et coup-ci, je me laisserai pas faire. LOL

 

Fred

 

19 commentaires.

  1. Désolé de voire actuellement un maximum de moucheurs ne pêcher plus qu’à la nymphe pour prendre du poisson (surtout chez Sanso). Où sont donc passés les « vrais » pêcheurs à la mouche, malgré, il est vrai que les éclosions et les gobages diminuent chaque année. Etant donné que la pêche à la « petite bête » a été interdite, car elle était trop meurtrière (surtout sur les ombres), la pêche à la nymphe l’est tout autant si ce n’est encore plus.
    Je suis tout à fait d’accord avec les sociétés qui interdisent sur leurs lots la pêche à la nymphe pour des raisons de protection du poisson.
    Avec mes meilleurs messages halieutiques.
    Ben

  2. Encore bravo pour tes images, ton texte et tes prise de position.
    Je ne connais pas la Loue, je fuie aussi les parcours complexes.

  3. jolie jai lue la plus par de tout tes autre article surtou seu sur le brochet et peuetre que un jour je te croiserai au bord de la loue ji peche regulieremen jabite pas tre loin a pontarlier ta due en entendre parle jai 16 ans et je debut dans la peche a la mouche et jadore sa

  4. C’est vrai que sur la Loue c’est assez difficile de s’y retrouver.
    Raison de plus pour venir pêcher dans le Jura : Réciprocité totale entre toutes les AAPPMA du département pour les titulaires de la carte fédérale, et aucun règlement intérieur restrictif. Mais de toute façon, c’est pas la peine de venir, y’a plus rien 😉

  5. Pfffffffffffff!
    Je trouve ce récit un tantinet déplacé!
    En effet, maintenant que cette sortie est visible sur le net, elle risque fort de motiver des gens comme moi qui ne connaissent pas encore cette rivière , et les inciter a y aller…………..quand moi j’y serai ou juste avant!
    Bouhhhhhh, et que me restera-t-il a pêcher dans a peine un bon mois si toutes les zoulies truites seront éduquées encore plus qu’elles ne le sont déjà !!Je vais être obligé de me rabattre sur les chevesnes malades qui pullulent la bas!
    M’en fous , j’y vais pour ça en fait !
    Merci Fred de me faire traîner la langue au sol!

  6. Salut Tracteur,
    si tu veux que je laisse tes commentaires, poste les avec un e-mail valide.
    Sinon, pour l’histoire du San, j’ai présenté mes excuses qui ont été acceptées. Si ça t’amuses d’en rajouter continue.
    Pour la Loue, j’ai pris bonne note que la réglementation est très compliquée et faite sur mesure pour géner la pratique de la pêche à la mouche. On dirait que tout est fait pour que les gens ne viennent pas chez vous. Dommage.
    Pour ce qui est de l’ombre, merci, je sais qu’il est fermé, je sais reconnaitre un ombre d’une truite et j’ai assez d’expérience pour reconnaitre une frayère. Nous avons ciblés les truites et capturé ACCIDENTELLEMENT quelques ombres principalement sur gobages avec reflets empêchant de voir le poisson.
    Toutefois, sur ce parcours privé, les règles semblent effectivement mal précisées nottament sur le wadding et la possession d’une carte de pêche du Doubs. Il faudrait voir ça avec le propriétaire des lieux ou alors c’est peut-être une simple question de garderie.
    Et si tu as un problème avec moi, tu connais mon mail. Merci.

  7. coucou fred
    il étest bon le cassouler lol
    quel superbe tof,surtout celle des ombre en trin de fréyer!!!!
    bravo:)
    dédé24

  8. Le probleme avec la Loue c est que lorsqu on y a goute c est dur de ne pas y revenir
    vivement juin
    encore merci pour ce reportage
    a+ Gus

  9. comme tu as raison fred,moi aussi j’avais des préjugés mais depuis que je l’ai découverte il y a 3 ans,j’y retourne tous les ans pour y faire un pelerinage.Comme toujours,super reportage et magnifiques photos.

  10. Erf ! J’ai comme l’impression d’avoir loupé quelque chose, moi…
    C’est clair qu’avec un tel reportage ça donne vraiment envie de découvrir ce parcours quitte à prendre un cul rouge. Rien que la rivière et sa vallée doivent valoir le coup du déplacement.
    Merci pour ce bon moment.

  11. slt , excellent fred joli reportage et photos , t in sa ma rappele des souvenir de l annee derniere grave ( et j espere bien pouvoir y retourner cette annee :o))
    et les tonnes de refus 😉 et c est superbe ombres des lingots d or sans parler des truites a l arbaletes j ai adore superbe parcourt en bref …
    @+stef09

  12. super ce blog et de tres jolies photos. la loue je ne la connais pas mais j’en ai entendu parler souvent en bien comme en mal d’ailleur, d’un point de vue restrictif d’ailleur et comme vous le dites, interdit de ceci interdit de cela bref c’est trop! on a les memes soucis dans notre region. a croire que les moucheurs sont les mal aimés! voila je reviendrais ici en tout cas un tres beau blog pour nous les aficionados de la nature la vraie.

  13. Effectivement , ces rivières sont surmédiatisées , mais tu le dis toi même, depuis que tu es rentré tu en rêves la nuit (malgré ton premier périple).
    Et encore , La Loue est certes une rivière somptueuse , mais il y a aussi le Doubs, la Hte rivière d’Ain etc……..
    Toutes ces rivières francomtoises ont fait « fanstasmer » bien des pêcheurs et ce n’est pas fini.
    Heureux de voir que tu peux changer d’avis……..
    Pour la pêche sur les frayères , malheureusement c’est avec l’accord du propriétaire des lieux et effectivement c’est bien dommage……..

  14. Je n’y suis jamais allé car j’aime pas trop les portions de rivière minuscules, et les réglementations tordues, mais là ça donne vraiement envie (et ces fameuses truites adidas…). Superbes photos.
    Faut-il réserver? Payer le camping? Merci

  15. ça fait plaisir de revoir cette rivière , du moins en photo
    il faut dire que ça fait une quinzaine d’années que je n’y suis pas retourné mais comme tu dit c’est une rivière ou l’on peut se casser le nez par manque de connaissance des lieux
    des souvenirs reviennent en mémoire merci
    jef

  16. Mort de rire!
    J’y vais en juin fred pour la premiere fois de ma vie!
    4 jour sur la loue et 4 jours sur le doubs franco suisse.
    … miam!

  17. Ben ca donne envie d’y aller tout simplement!
    Ce stef quand meme ,il gagne vraiment a etre connu..!
    Beau reportage
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.