L’automne est sans aucun doute la meilleure saison pour pêcher l’ombre commun. La pêche de ce poisson au sommet de sa forme n’a rien à voir avec sa pêche printanière qui peut être grossière. En octobre, alors que les premiers froids ou une crue ne l’ont pas mis en appétit, il peut se faire discret
Lire la suite…

Une saison de pêche à la truite prend fin dans moins d’une semaine mais cette année, je n’ai pas fait de voyage de pêche à l’étranger. Et même si cette saison a été plutôt exceptionnelle pour moi coté prises, les voyages me manquent. Alors, sur un coup de blues, on ouvre l’album photo. Ca fout
Lire la suite…

Pour évaluer la population d’un ruisseau, la pêche électrique est un moyen idéal. L’AAPPMA d’Argentat gère des ruisseaux dont certains sont de véritables pépinières pour la Dordogne. Une occasion d’aller à la rencontre du milieu aquatique mais sans canne à pêche en main.

Prendre des photos de poissons est certes intéressant mais au bout d’un moment, c’est rapidement la même chose. De temps en temps, me viens l’envie de prendre des photos sur un thème particulier. Le premier que j’ai choisi est le thème des textures. Mais évoquer qquechose au travers d’une photo n’est pas simple du tout.
Lire la suite…

Il y a 15 ans, alors que j’étais un jeune pêcheur à la mouche, je découvrais la pêche dans les pyrénées en vallée d’Aure. Durant deux étés, j’ai pêché tous les jours du lever au coucher. Une période d’insouciance, très formatrice au contact de cours d’eau variés et de poissons pas toujours faciles. J’ai décidé
Lire la suite…

Certains prennent leur pied à pêcher l’eau rapide, d’autres les truites à vue, d’autres à faire le héron des heures pour attraper une truite de 3 kilos. Personnellement, mon régal est de pêcher les ombres lorsqu’ils sont sur les sulphures émergentes. Et dans ce cas précis, ils peuvent être très chiants.

Après un début de saison plutôt frustrant, j’ai enfin pu pêcher un peu la Dordogne à l’occasion de la rencontre organisée par Gobages.com. Trois jours de pêche pas en continu, mais deux heures par ci, trois pas là. J’ai eu la chance de capturer quelques poissons superbes qui se méritent… Ceux qui étaient sur place
Lire la suite…

Pas plus tard que dimanche alors que je me promenais le long de la Dordogne, je repère un ombre qui nymphait. Etant venu filmer les dégats des éclusées, j’avais mon camescope. Ni une ni deux, j’enfile mon masque et mon tuba et me voilà parti le filmer sous l’eau.