Le nokill : ça marche !!!

Si je pêche à la mouche, c’est parce que c’est la seule technique qui permette de relacher l’immense majorité de ses captures sans dommage pour leur survie. Cela me permet de relacher tous les poissons sauvages (ou pas) que j’attrape sans entammer le capital poisson de la rivière.

Il arrive ainsi qu’on rattrape plusieurs fois le même poisson. C’est ce qui arrivé lors de la capture multiple de ce beau poisson. Celui-ci n’aurait pas vécu dans un parcours nokill, il y a de forte chance pour qu’il est été mangé la première fois et ensuite… il n’aurait pas proccuré de plaisir aux autres pêcheurs qui l’ont repris.

la preuve en image : première photo prise en juillet 2004. Le poisson fait 53 cm. Il servira de modèle pour qques bandeaux du site gobages.com.

Retour sur la rivière l’année d’après en juillet 2005 Nico rattrape le même poisson.

La même en 2005

Donc, vive le nokill. L’identification du poisson peut être authentifiée à l’aide des points que j’ai souligné.

Il ne s’agit pas d’un poisson sauvage mais il a très bien passé l’hiver dans le milieu naturel, il a même grandi un peu et n’a pas perdu d’embompoint. Il a même resisté aux crues assez violentes sur ce petit torrent espagnol.

Relachez vos rêves : ça marche.

Fred

7 commentaires.

  1. Vraiment voilà le plus belle argumentaire pour le no kill…bon par contre entrenir des relations de copinages avec une truite risque de rendre les autres jalouses

  2. C’est une véritable relation d’amour les gars que vous avez avec cette truite…attention…attention
    en tout cas vive le NK

  3. Sans ironie aucune, des études trés sérieuses ont montré que certaines truites sauvages du parc du Yellowstone pouvait être prises jusqu’Ã 11 fois par saison.
    Un poisson qui bouffe est vulnérable face à nos micro mouches, nos fils invisibles et nos cannes en carbone.

  4. Interessant ça !
    [mode ironie]
    Euh vous êtes sur qu’elle n’a pas des neurones en moins cette truite pour s’être fait avoir autant de fois ?
    [/mode ironie]

  5. Ouaip Nico, c’est notre copine. J’ai retrouvé des photos des deux captures les deux années de suite et maintenant, j’en suis sûr : c’est la même.
    La reconnaissance photographique, ça marche aussi.

  6. Ah! C’est la truite du pont celle la 🙂
    C’est sur qu’en dehors d’un nokill on n’aurait meme pas pu rever la voir ne serait ce que la toute premiere fois …

  7. et oui ca marche puisque je l’ai moi même repris une deuxième fois comme l’année d’avant.
    en fait ce poisson nous l’avons pris une fois par an avec nico.
    c’est inconstestable que le nokill a de grand avantage !
    super souvenir c’est sur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.